Non classé

Un mot sur le confinement

chronique-mes-premieres-decouvertes

Vous m’avez manqué mes chers lecteurs. J’ose espérer que vous allez bien. Je vous le souhaite en tout cas du fond du cœur. Les acteurs de Bokantajénès étaient tous en pause. Ah qui ne l’était pas durant cette période de confinement ? Sûrement les personnels de Santé. D’ailleurs à cette occasion je les félicite et les remercie de passage. 

Dans cette chronique, nous parlerons du confinement et laisserons de côté les histoires de ma jeunesse, du moins pour l’instant. 

Que dire d’abord de ce mot  « Confinement » ?

Bah, c’est un mot qui commence par “C”. Ce n’est pas drôle mais oui ces derniers mois la lettre C à eu plus de buzz qu’un certain Bill Gates ou un Messi

Confinement, Covid-19, Coronavirus, Consigne à respecter, Crise sanitaire, Cas isolés, Cas-Contact, Cas Communautaire, etc. Les médias m’ont tympanisé avec le C. 

Pourtant, ce mot ne faisait pas partie de notre quotidien. 

Mais c’est le mot qui résume bien la situation que nous avons vécu durant les mois de Mars et Avril.

Je n’étais pas surpris de voir dans le dictionnaire que confiner signifier emprisonner. 

Oui, durant cette période de CONFINEMENT je me sentais emprisonné. 

En fait, je n’arrêtais pas à me demander quel était mon crime ? Suis-je seul à se poser cette question ? Étais-je le seul à sentir cet emprisonnement ? Boff laisse ta réponse en commentaire. 

Comment s’est passé ton confinement ? Bon ? Mauvais ?  Ennui ? Merveille? 

Personnellement je n’ai pas le bon qualificatif pour qualifier mon confinement. Mais une chose m’est sûr, j’étais en guerre contre moi et moi-même. Ne demande pas qui fut le vainqueur de cette guerre. Bah ! Je ne répondrais pas même si tu poses la question. 

Pourtant, c’est le président Emmanuel Macron qui, en un certain cas, l’a provoquée en moi. 

 Lorsqu’il annonçait les mesures prises par le gouvernement pour endiguer la propagation du Covid-19, il a dit que nous sommes en “GUERRE”. Il n’a pas prononcé le mot Confinement dans son premier discours, c’est le Premier Ministre qui l’a fait par la suite. 

Du coup, presque durant toute la période du confinement, je me suis battu avec ma propre personne. Il m’arrivait parfois de me haïr, de me détester à tel point que se suicider pouvait être une option.

 Mais je me sentais parfois, aussi, fier de ma personne, surtout si je comparais le “MOI” d’hier et le “MOI” d’aujourd’hui.

Pendant cette période de confinement j’ai fait pleine de choses dont je vais partager avec vous dans mes prochaines chroniques. J’ai rencontré une fille mystérieuse, par exemple, cette histoire vous plaira sûrement.

Tu as envie de raconter des histoires, rejoins-nous sur Bokantajénès. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *