Une chronique hors pair

Et après ?

une-chronique-hors-pair

Hi dear readers, what’s up ?

Nous y voici, dernière chronique hors pair. Eh oui ! Ce super mois de décembre fait 1 an et demi que j’étais fille au pair. Alors dans ce dernier volet, je parlerai au présent.

Un an après, je suis retournée les voir. Et je me suis sentie comme la grande tante qu’on voit tous les ans qui s’extasie sur le fait qu’elle nous ait vu tout petit et qu’elle ait changé nos couches 😂.

Ella, 6 ans le mois dernier (j’ai oublié de les souhaiter d’ailleurs 😅), n’a pas changé, si ce n’est que son visage a mûri, elle ressemble de plus en plus à sa maman.

Mina, 18 mois, est tellement adorable ! Elle est toute potelée et assez calme, mais ce n’est pas non plus le genre de bébé qui reste à l’endroit où tu l’as posé. Quand on la voit on dirait la force tranquille, alors qu’en vrai c’est une terreur, elle pousse, elle tape son frère, elle escalade tout ce qu’elle peut et elle est très joyeuse. Intriguée par moi, elle me fixait tout le temps mais ne chignait pas à venir sur moi. Au même âge Casper pesait 2-3 kilos de moins (il a toujours eu des problèmes d’alimentation). Donc c’était assez étonnant de voir ce gros bébé qui mange tout ce que tu lui mets sous le nez dans la famille.

Et puis vient le tour de Casper, mon bébéééééé ! 😂😂 Eh bien j’ai vite déchanté, parce qu’il ne se souvient plus de moi. Oui après, 11 mois collés comme les doigts d’une main il ne se souvenait pas de moi…

Bon voilà la scène : le papa me récupère, on est super contents de se retrouver tout ça, on va récupérer Fleur au travail, elle est radieuse. On se fait des câlins, on prend de nos nouvelles et rapidement on arrive à la maison. Première personne que je vois, la nouvelle au pair … et puis Mina qui vient accueillir ses parents 😍. Je les laisse passer en premiers, câlins aux deux autres enfants tout ça et puis ils me présentent en mode « Voici la surprise dont on vous parlait ! ».

Dans mes rêves les deux petits se jetteraient sur moi avec amour … m’enfaite pas du tout, j’arrive au pire moment : l’instant dessins animés… vous connaissez les nouvelles générations, ignorant ce qui se passe autour et obnubilées par les écrans… donc je lance un gros « HELLOOOOOO !! » Ella me regarde en mode « wtf is happening » et Casper me regarde sans réaction puis ils se retournent vers la télé ! 😳 Alors Fleur reprend Ella, lui sermonnant gentiment que ce n’est pas une façon de me recevoir, puis la petite se lève, me court dans les bras en me demandant si je suis revenue pour de bon et retourne à son dessin animé. Casper toujours aucune réaction, donc je vais le taquiner, je lui demande s’il va bien, s’il se souvient de moi, lui fait des chatouilles et le force à me faire un câlin (la toxico en manque 😂). 

Je retourne du côté des adultes et me console avec Mina. On bavarde etc et direction Nando’s pour le diner (resto spécialisé dans le poulet, allez-y dès que vous mettez un pied à Londres ça vaut le coup). Rien n’a vraiment changé, si ce n’est qu’étonnement, avec trois petits enfants, le dîner s’est bien déroulé, au-cune crise. Casper ne mange toujours pas alors que Mina tient fort son morceau de maïs et picore même dans l’assiette de son papa.
J’ai été surprise et émue de vivre d’autres changements : 

1. Casper parle !!!!!! Ça n’a l’air de rien dit comme ça mais ça m’a vraiment choquée de pouvoir discuter avec un bébé qui quand je l’ai laissé ne prononçait que certains mots en Franglais

2. Fleur. Je savais, quelques mois après mon arrivée dans ce foyer que cette femme avait été changée, comme marquée par ses grossesses. Mais à cet instant, j’avais retrouvé une autre femme, beaucoup moins fatiguée, joviale et radieuse …

Nous avons passé en revue cette folle année, elle m’avouant qu’elle ne s’en souvient plus vraiment, tellement elle était dans le mal, qu’elle se sent coupable d’avoir mis de côté la première année de maternelle d’Ella. Elle se souvient aussi du rejet de Casper envers elle un certain moment, m’affirmant que Casper a vraiment eu un gros poil quand je suis partie (pour lui il ne lui restait et ne voulait que son papa). Elle s’était aussi rendue compte que je rentrais à la maison très tard le week-end aux heures où il n’y avait plus de métro, et m’a grondé pour toutes ces fois où je passais des heures en bus tard la nuit (soit tous les week-ends haha).

La conversation continua chez eux autour d’un ti-punch, elle me racontait ses crises d’angoisse lorsqu’elle devait gérer seule les 2 plus petits ou les 3 enfants ; comme ce jour au supermarché avec les 2 petits, durant lequel Casper avait fait un très gros caprice. Il n’arrêtait plus de crier, elle avait dû remettre tout ce qui était dans le chariot en place et partir, car Mina s’était mise à pleurer aussi. Ne pouvant pas conduire dans cette cacophonie, ça lui avait pris 1h pour les calmer dans la voiture, à bout de nerf. Quand son mari est rentré elle s’est écroulée en larmes et s’est enfermée dans la chambre, les laissant à la charge de monsieur. A la suite de ça ils ont convenu qu’elle devait reprendre le travail pour souffler et se séparer d’eux. Elle me riait au nez lorsque je lui disais que cette vie me manquait et elle surenchérit avec les problèmes financiers et les alternatives qu’il sont dû prendre en terme de logistique, de garderie, d’heure de travail, de vacances etc. 

Quand à Ella, il s’avère qu’elle ait « souffert de la différence entre elle et son frère au niveau de leur alimentation » (vous savez déjà ce que je pense…) et a développé un vice : étant donné que Casper ne mange que s’il y a du ketchup, elle, elle ne mange pas sans sauce barbecue ! (on parle quand même d’enfants de 2 et 6 ans hein…) (Rapelerons-nous que cette petite mangeait plus que moi quand je suis arrivée dans la famille).
Et puis elle se bat souvent avec son frère car elle refuse encore plus de partager les choses avec lui.

J’ai eu la joie et le plaisir de passer un petit moment en tête à tête avec chacun des petits, en donnant à manger à Mina, en jouant avec Ella et en mettant Casper au lit comme au bon vieux temps. 

Nous passâmes la journée suivante ensemble et depuis cette visite j’ai ce sentiment de nostalgie qui ne me quitte plus. Je pense en réalité que c’est le gros poil refoulé qui m’a surpris. Ou que mon coeur s’est transformé en chewing gum…

Quoi qu’il en soit, mon année de fille au pair m’a marqué. J’en ressort grandie et apaisée.

J’aime à penser que vous avoir transmis tout cela vous a fait bien à vous aussi. Ça a été un réel plaisir. 


A bientôt peut-être, à travers un format différent.


Xoxo Citronimous 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *