Chronique d'un retour au pays natal

Introspection .!?

Récemment, je parlais avec une amie métisse – son père est béninois et sa mère est allemande- ses seuls liens véritables avec la France sont donc la francophonie et ses études actuelles. Nous étions là, posées, et la conversation a dérivé sur le rapport des antillais à la France « Métropole ».  Ses questions posées de façon très générique pour « tous les antillais » ont bien sûr pris pour Moi un sens très personnel. Car, tandis que je tentais de lui expliquer comment « les antillais » se positionnent dans leurs rapports à l’Hexagone, je me suis rendue compte que mon propre ressenti n’était pas très clair.

Aussi, j’aimerais connaitre vos ressentis. Mais déjà tenter de vous expliquer pour, peut-être me l’expliquer à moi-même, ce que je ressens face à ces multiples identités, choisies ou imposées qui cohabitent dans mon seul petit être.

Il va sans dire que je me sens Martiniquaise avant de me sentir française. Le débat ne se pose clairement pas là !

Confusion possible entre nationalité et identité

Objectivement, j’aime la France en tant que pays et en tant que patrie (je crois). C’est-à-dire que j’aime la culture française, la gastronomie française, les auteurs classiques français et même la langue. Cependant, une part de moi, sans doute la part la plus révolutionnaire s’inquiète de cet attachement à la métropole d’antan.

Effectivement ce n’est pas une appartenance choisie mais imposée il y a des siècles et qui s’est traduit ensuite par une nationalité gagnée durement et rarement satisfaite pleinement aux Antilles. La question : les antillais sont-ils des français comme les autres est d’ailleurs toujours d’actualité. (Et selon moi la réponse est clairement non.)

Juxtaposition d’identités

Par ailleurs, dans ma filière et mon parcours on vante énormément le fait de se sentir caribéen. Je suis caribéenne. Je le sais, je le sens. Je me sens chez moi assez facilement dans n’importe quelle île du bassin caribéen. Culinairement aussi je me sens « at home » très facilement dans la Caraïbe et j’aime vraiment ça !

Aussi, si de prime abord j’aurais dit me sentir davantage caribéenne que française et a fortiori européenne. Je me suis assez vite rendu compte que je maîtrise bien davantage les codes culturels propres aux schémas français (normal puisque j’y baigne depuis … toujours !) que les codes culturels très divers et très variées propres à chaque nationalité composant la Caraïbe.

En vérité si cette « dualité » me met parfois mal à l’aise, je sais que certaines personnes en souffrent véritablement.

Mais du coup vous !  Vous êtes vous déjà interroger sur votre identité profonde ? Si oui pourquoi vous identifiez vous davantage à telle ou telle ère géographique ? Si non, allez vous le faire ou est-ce vraiment un casse-tête inutile ?

One comment
  1. Balnde Laye

    A ta dernière question je répondrai NON, il faut tjr s’interroger sur son appartenance culturelle et sociale…. Je considérais les antillais comme des Français lorsque j’étais en Martinique mais une fois en métropole ici, je me rend compte que…Africains et Antillais sont tous dans le même lot, désolé de le dire mais c’est une vérité… Le B nous voit tous de ma me façon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *