Une chronique hors pair

L’accouchement

Welcome back aux abonnés et bienvenu aux nouveaux lecteurs ! C’est un plaisir de vous retrouver après les vacances. Comment se sont passées les vôtres? Moi je suis rentrée en Martinique après 2 ans d’absence… A-MA-ZING !
Dans la chronique précédente, je vous parlais de l’arrivée du nouveau bébé… en vrai ça fait plusieurs chroniques que j’en parle sans rentrer dans le vif du sujet, vous deviez vous dire « mais il arrive quand ce bébé ??! » … eh bien c’est exactement ce que chacun se disait depuis tout ce temps 😂


Voici enfin le déroulé de l’heureux évènement…

Comme de nombreuses grossesses, il y a eu quelques épisodes à retenir. 

Il y a eu les nausées violentes engendrant une crise de panique au volant… donc elle a arrêté de conduire DONC c’est moi qui ait récupéré les pick up after school (en plus du reste hein).

Il y eu les fameuses envies… envie de junk food donc mes déjeuners et dîners healthy ne lui plaisaient plus DONC les enfants ont arrêté de manger sainement (enfaite ils ont désappris tout ce que je leur avais enseigné depuis le début 😪).

Il y a eu la première fausse alerte, douleurs en début de nuit (1h du mat’), go à l’hôpital et retour en fin de journée. 
Et puis il y a eu la fameuse nuit, ce cri de douleur qui a percé nos sommeils. Il était 3h du matin. J’ai été vérifié les enfants et attendu devant la porte des parents. Le père sort de la chambre avec une valise, et la mère, agonisante, marmonnant une douleur aux sonorités espagnoles, sortant difficilement de la chambre, faisant bonne mine, s’excusa et me remercia. Nous nous souhaitâmes mutuellement du courage et ils partirent. Ce séjour à l’hôpital dura une dizaine de jours.  

Et pendant cette dizaine, j’étais seule, mère par intérim à temps plein de 2 enfants [en bas âge]. Il n’y avait rien de différent de ce que je faisais tous les jours (hormis les levées noctures et les petits déjeuners et les enfants à préparer), seul le soulagement de léguer ces paquets en fin de journée avait disparu.

Bon petit rappel, Ella est une petite qui demande beaucoup d’attention, qui n’aime pas partager ses jouets avec son frère et qui fait de la merde quand ses copines ne veulent plus jouer avec elle à l’école. 

Au début de la dizaine, après l’école on allait visiter la maman à l’hôpital et on y prenait le dîner tous ensemble. Et les enfants étaient déchaînés. Ils comprenaient qu’il y avait du changement et faisaient vraiment de la merde pour attirer l’attention sur eux. Jusqu’à cet autre fameux soir … 

La crise 

Cette soirée durant laquelle Ella a fait une crise comme jamais je n’avais vu auparavant, similaire aux cas les plus hardcore de super nanny. Ce soir là, nous n’avons pas été voir la maman, il y a eu un Skype, puis ce petit caprice en apparence. Rien de bien méchant, on s’explique calmement and we get over it.

Mais cette fois-ci elle a voulu aller plus loin, plus loin de ce qui m’était tolérable. Je vous passe les détails, pour être honnête je ne me souviens plus vraiment de la connerie qu’elle a fait. Alors elle a clairement refusé d’exécuter ce que je lui demandais et je l’ai puni une première fois au naughty corner (au coin).

Une fois le temps imparti, elle retourne à sa connerie, et je l’envoie finalement dans sa chambre. 10 minutes après j’entends des fracas dans sa chambre. Je monte et elle a littéralement saccagé sa chambre prise de colère.

Surprise, j’essaie d’établir calmement un contact avec elle mais impossible. Je commence alors à marchander, « tu ranges ta chambre et on appelle maman rien que toi et elle au téléphone avant de dormir ». Je lui laisse une quinzaine de minutes.

Je redescends avec Casper. Je remonte et la chambre est encore dans le même état, elle, elle a été se réfugier dans la chambre de ses parents. (Pendant tout ce temps elle était en pleurs hein grosse crise et tout). Donc je la gronde très fermement parce que j’ai clairement pas envie de nettoyer son bordel et qu’il est l’heure du coucher pour Casper, et elle se met à pleurer encore plus et à crier.

J’essaie de la calmer mais elle ne s’arrête pas, elle crie le nom de ses parents et elle se roule dans les draps. Je perds patience, je lui retire tous les draps et là, les gars, elle commence à me frapper, sauf que j’avais Casper dans les bras, il a éviter de peu un coup de pied que j’ai pris à sa place. Le démon est monté en moi, je suis sortie j’ai déposé Casper devant la chambre, je le rassure je lui fais un bisou je lui dis que je reviens de ne pas bouger (il m’a fait un câlin et m’a dit d’accord (j’adore cet enfant)). Je retourne dans la chambre et je lui crie dessus. C’était à celle qui crierait le plus fort. Là d’un coup je la maîtrise et je lui gueule dessus de s’arrêter de suite.

Choquée elle se tait, on se regarde 2-3 secondes. Et toujours entre mes mains elle se met à me gueuler dessus et à se débattre, un grand et long cri de rage, comme un fauve gueulerait sur son adversaire. Elle était hystérique. Je me suis demandée si les voisins n’allaient pas venir… J’ai cru que j’allais dépasser l’entendement. Je l’ai lâché et je suis sortie, abasourdie de la situation. Comment une petite de 5 ans peut agir de la sorte et sortir des émotions aussi puissantes de son corps ?!

J’ai récupéré Casper, je l’ai rassuré, (je me rassurais surtout moi-même de peur d’avoir dépassé les bornes), j’ai appelé son papa, je lui ai dit « écoute ta fille est ingérable il faut que tu viennes, je peux plus là » et j’ai raccroché de suite. Il est arrivé, il a entendu les cris de l’enfant il est monté direct sans passer par le salon.

Ils descendent 30 minutes après, l’enfant n’a plus de voix. Pas même une excuse ni une explication. Je lui dis qu’elle a été violente envers nous tout ça, mais aucunes représailles, aucune réaction. Plus tard il m’explique qu’à l’arrivée de Casper, elle a aussi fait une espèce de crise similaire, qu’il ne faut pas lui en vouloir patati patata.

J’ai compris que je n’aurai pas gain de cause. J’ai laissé coulé, mais j’en ai parlé à Ella quelques semaines après, en lui disant que j’étais très déçue d’elle. (Je jouais un peu dans sa tête dès que je pouvais enfaite). 

L’acalmie

Quelques jours après, le bébé est arrivé à la maison. Une petite fille, qu’on appellera Mina. Adorable. Les 3 enfants sont littéralement des clones. Ella est complément fan et Casper, un peu petit pour bien comprendre s’en fou un peu mais va vers elle par mimétisme des grands. 

Une nouvelle voiture et la venue de l’été plus tard, on trouve une routine qui fonctionne. 

Mais qui dit arrivée du nouveau bébé, dit départ de l’au pair. Il a fallu commencer la transition de départ … 

Au prochain épisode on abordera cela. Stay tuned. Et n’oubliez pas de me raconter vos vacances en commentaires !

Xoxo Citronimous 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *