Détikanmo

Soukwé lekzitstans

« Ou ka soukwé lekzistans mwen » dit cette mère pendant que sa fille écoute en boucle Lianne LaHavas en tentant désespérément de boucler ce devoir pour lequel elle est déjà en retard. Le sujet est intéressant, l’avancé dans les recherches est effectuée, reste plus qu’à rédiger mais ça bloque. Parce que ça fait longtemps qu’on y est, tant temps d’énergie qui y a été consacrée… et en clignant des yeux, dans une inspiration le souffle de la perspective de l’univers nous parvient. On se rend compte que cet acharnement au travail n’a presqu’aucune valeur face à la vie, face à l’existence, face à l’univers… mais en même temps, qui peut prétendre à une consonance de chacune de ses actions à l’échelle de la vie, celle de l’univers. Et encore moins de le cadre scolaire… Qui ?

Eh bien Lylydou, vous l’avoue « sa ka brennen adidan’y ». Même avec toute la bonne volonté du monde, on est bloqué, même en étant passé par toutes les étapes, on en est à la fin mais on bloque. Sa ki ka brennen sé pa pli lison’y, sé pas i pa ka santi linivè résonen adidan’y ankô. Sé kon si i té pèd tibren limanité. Kon si yenki travay té fèy vini an machin pa ayen di plis…

Mè sa zot pétèt pa sav anlè Lylydou sé manmzel toujou ka trouvé an ti mòso linivè alantouy. É lè sa fèt i ka pati adan lakréasiyon, bagay ki ka résonen touboneman, fè brennen adidan’y ! Sa ki fèt, ayen dòt pani valè ankò.

Enfin bref, ce matin cette mère pas très fan de musique a dit à sa fille « ou ka soukoué lekzistans mwen » et cette jeune fille qui respire la musique ne s’est pas sentie « rédi » par ce propos absurde, mais elle a considérée la beauté de la phrase… et elle s’est rendu compte qu’en fonction de ce qui nous remue, on est mue avec une force qui résonne plus où moins en nous, qui résonne plus où moins dans l’univers !

Elle s’est rendue compte qu’on peut accepter de mettre entre parenthèse, un peu du merveilleux en nous quand c’est nécessaire, mais qu’il ne faut surtout pas tenter de l’abandonner… Car si non ça explose !

 

Dit-elle en retournant finir son devoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *