Bokantajénès NwèlDétikanmo

S’émerveiller… toujours !

Ce post tombe bien parce qu’il soulève deux questions importantes.

Tout d’abord le fait de se savoir grand, ça je crois que c’est la crise de la vingtaine.

Et puis la question des surprises !

Pour vous expliquer un peu mieux tout ça, laisser-moi vous conter une toute petite histoire…

Comme dirait swvan, prenez une boisson de votre choix (je conseille le thé citronnelle, best boisson ever)…

C’est l’histoire d’une jeune fille qui entame la vingtaine et qui poursuit son petit parcours universitaire. Elle vit dans une société où la division du travail aura fait que tout doit-être fait vite voir immédiatement laissant de moins en moins de temps à ce qui est « important », « vital », « humain ». Et au delà de ça, elle rentre dans la vie « adulte », vous savez, ce moment où l’on découvre les joies de l’administratif (les impôts et autres déclarations), celle des factures (vive les loyers, mutuelles et assurances) tout ça en alliant ceci à une vie étudiante, professionnelle et, quand elle a de la chance et un peu de temps, une vie extra-professionnelle…

 

Et en plus de tout ces trucs pas trop joyeux, comme nous l’a expliqué So’Queen, elle vie dans un monde où le non chrétien qui n’attend pas la bonne nouvelle de la naissance du messi se questionne sur la bonne nouvelle possible !

Il se questionne sur une planète qui s’essoufle, des ressources qui se tarissent, sur l’impact anthropique et le moyen de le rendre « raisonnable », sur les changements climatiques, les inégalités qui s’amplifient.

Cette jeune étudiante se questionne sur ce mode de vie… Comment peut-on se battre pour plus de pouvoir d’achat, nous sommerions-nous fait acheter par ce système, celui qui au lieu de nous pousser à en sortir pour mawoné, faire preuve de créativité, d’esprit d’initiative, nous pousse à lui demander plus afin de consommer plus ?

L’esprit de créativité, l’esprit d’initiative, c’est accepter de vivre l’idée, vous savez celle qui passe en coup de vent c’est décider de la créer en écriture et de la réaliser !

Mais on le sait, le temps est une autre composante qui rentre dans la comptabilité… Oui, car avoir envie, essayer, c’est cool, mais pour sortir de la dépendance de ce système, ne s’agit-il pas tout d’abord de trouver le temps. Celui que ce dernier n’accorde point ?

Devons-nous alors parler d’un moment de flottement ? Vous savez, celui d’une transition, une transition à anticiper ? Afin de trouver comment construire en réduisant l’impact destructeur…

Pour en arriver au deuxième point, il faut savoir que être pressé par le mode de vie qui nous est socialement imposé, c’est ne plus réussir à prendre le temps… même pas celui de prendre le temps d’apprécier les surprises. Et pourtant elles ont toujours la même valeur…

Jeune fille qui entame la vingtaine et qui poursuit son petit parcours universitaire, est extrêmement fan des surprises ! Et dans tout ce fanatisme, elle a souvent du mal à se laisser surprendre, car elle anticipe et observe bien trop pour ça. Par chance pour ses proches, elle a appris à se suffire même simplement du papier cadeau. (Si vous souhaitez des enfants de ce genre Létu-Carotte Tomate vous donne des conseils).

Sauf qu’elle aime les surprises ! La surprise, ce n’est pas que la chose contenu, c’est la mise en scène, c’est l’intention, c’est aussi ça qui compte et qui fait d’une surprise une surprise, en tout cas positive !

Mais ces derniers temps, accumuler toutes ces vies de grands, elle s’en rend compte, c’est perdre le temps de s’émerveiller, perdre le temps de se sentir léger comme l’air, de prendre la voie du vent et de visiter, d’observer, de flâner. C’est voler un peu bas et faire « comme on peu ».

Jusqu’à finalement en arriver à se dire « qu’être grand » c’est surement ça… C’est surement profiter peu de l’emerveillement, c’est surement le désirer tout de même et c’est surement pour ça que c’est finalement « plus de surprise pour les grands » !

Tout ceci peut vous sembler bien triste mais c’est l’occasion de se souvenir que la division du travail nous enferme bien trop souvent dans une routine qui nous empêche de souffler et que ça ne dépend que de nous de choisir le mode de vie que nous souhaitons. De décider de s’entourer de lumière et d’être lumière (pour transformer les tatas et toute la famille en petits rayons de lumières bienveillant) et d’investir cette lumière dans de jolis projets de noël, pas de panique LC vous fait un point et Lylydou vous conseille même le Panier Lanmou de l’association SDF.

 

Le mot d’ordre, comme dirait la blogueuse préférée de Lylydou, c’est s’émerveiller toujours ! S’émerveiller de tout et faire d’une surprise tout ce que l’on découvre !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *